Lota Animal Mon Ami

Discutions et info sur la cruauté animale
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Algérie - Pitbulls : La nouvelle arme des gangs de quartier!

Aller en bas 
AuteurMessage
georgeslaurent
Admin
avatar

Nombre de messages : 9465
Age : 74
Localisation : (Belgique)
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Algérie - Pitbulls : La nouvelle arme des gangs de quartier!   Mer 20 Jan - 19:46

Algérie - Pitbulls : La nouvelle arme des gangs de quartiers!



Pitbulls, rottweilers, bulldogs : les chiens dressés pour attaquer deviennent les nouvelles armes blanches des délinquants. Reportage avec ces nouveaux gangsters urbains dans les quartiers ouest d’Alger. « J’ai été agressé par un voyou avec un pitbull, il m’a subtilisé mon portable », s’énerve Yacine, un jeune étudiant à l’université de Bab Ezzouar, dans la banlieue est d’Alger. Son histoire a fait le tour de l’université.

Vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=oiUisti617A

« Ces jeunes délinquants utilisent des chiens pour nous intimider et nous agresser. On les connaît, ce sont des voyous d’El Jazeera », racontent ses camarades. Depuis peu, des jeunes prennent comme chiens de compagnie pitbulls, rottweilers, bouledogues.

De grandes bêtes d’au moins 50 cm pouvant peser jusqu’à plus de 50 kg pour les plus gros, généralement destinés à la garde et souvent dressés pour attaquer. « Je ne vous mens pas, j’ai acheté mon pitbull pour me protéger », nous déclare un de ces jeunes. Se protéger de qui ? Ou contre quoi ? Un tour dans ce milieu douteux, où drogues, psychotropes, alcool et prostitution s’entremêlent, nous renseigne sur l’ampleur du phénomène.

Première destination : El Jazeera, un bidonville construit dans les années 1990, sur les décombres d’un ancien chantier de l’OPGI à El Djorf, dans la localité de Bab Ezzouar. Ce quartier, déjà connu pour être un fief du terrorisme aux côtés de l’ancien bidonville la Foire, est aujourd’hui voué à devenir le futur quartier d’affaires d’Alger, situé pas loin de l’aéroport. Nous y avons rencontré Dadi, Youcef, Krimou et Mastapha. Tous maîtres de chiens, ils ont entre 22 et 30 ans. Renvoyés de l’école en septième année moyenne pour « comportement agressif », aujourd’hui, ils se retrouvent obligés de voler et d’agresser les gens. « Nous n’avons aucune source de revenu ; nos parents sont illettrés et surtout pauvres », confie Mastapha.

Ce jeune de 28 ans, chef de bande, emprisonné cinq fois, nous confie spontanément comme pour se valoriser : « J’ai cinq jugements. » Pour agression à arme blanche et détention de drogue. Lui et sa bande « agissent en toute impunité », nous raconte un habitant d’un immeuble près d’El Jazeera. « Aujourd’hui, comme nous risquons la prison pour port d’arme blanche, nous utilisons à la place des chiens », tente d’expliquer Mastapha. La nuit venue, ces délinquants « commencent à agresser ceux qui rentrent tard de leur travail, près des arrêts de bus », nous raconte le gérant d’un café situé à quelques pas des arrêts.

Mastapha, en chef de gang, est très attentif à ce qui se passe au sein de sa meute et dans les quartiers limitrophes. Krimou vient demander de l’aide, car son jeune frère vient d’être agressé non loin de là, à la cité Sorecal, un autre quartier chaud de Bab Ezzouar. « Ndirou un complot… » Complot, un terme qui revient souvent dans ce milieu.

Il désigne la constitution d’un gang et le fait de livrer bataille à un autre gang. Armés de haches, de couteaux, de sabres et de… rottweilers, ils embarquent dans la camionnette de Zoubir qu’ils louent à 1000 DA, direction Sorecal. Arrivés sur les lieux, il n’y a pas de combat à la mesure des gangs, de petites escarmouches arbitrées par Mohamed, un délinquant notoire connu à Sorecal, ancien compagnon de cellule de Mastapha.

Retour à El Jazeera, « C’est l’heure de faire le marché (el kadyane). » Comprendre : s’approvisionner en alcool, zetla (drogues) et zerga (psychotropes). Pour les chiens, les jeunes achètent des restes chez le boucher d’à côté. « Lorsque la pêche est bonne, je lui achète deux ou trois kilos de viande bien fraîche, explique Mastafa. Sinon il se contente des intestins… » Changement de destination, vers l’autre camp Sorecal. Nous rencontrons Mahmoud, la trentaine, ex-délinquant : « J’étais moi-même un agresseur il y a moins d’une année. Je n’avais pas le choix, je vivais dans la misère et j’étais très influencé par les délinquants et les taulards.

Aujourd’hui, j’ai retrouvé le droit chemin. » Avec amertume, il nous raconte comment il agressait avec son pitbull. « Je regrette le jour où j’ai attaqué une jeune étudiante qui me plaisait énormément, à l’époque, à qui j’ai pris le sac, le portable et les bijoux.

Ce jour-là, j’étais sous l’effet des psychotropes, et je me souviens quand même de sa frayeur, j’ai cru qu’elle allait mourir. » Nous avons tenté de retrouver la jeune fille en question. Aux dernières nouvelles, sa famille a changé de quartier. « Je me souviens très bien de cette affaire, mais la famille de la victime n’a pas porté plainte, je pense qu’elle avait peur des représailles, nous confie un policier. Vous savez, il nous est difficile de faire face à ce phénomène, car nous n’avons aucune protection juridique, on ne peut même pas utiliser notre arme en cas de danger. Et puis sous quel chef d’inculpation allons-nous les arrêter ? » Pourtant, il existe bien un texte : l’article 441 bis du code pénal qui prévoit l’emprisonnement, allant de 10 jours à 2 mois de prison ferme, et une amende de 100 à 1000 DA, pour tout individu laissant errer un animal malfaisant ou dangereux et l’incitant à attaquer autrui.

A l’origine de cette délinquance : la misère, bien sûr. Mais pas seulement. Les fréquentations des jeunes y sont pour beaucoup. Nabil, un jeune homme de 22 ans, fils d’un couple de médecins, fait partie de la bande de Mohamed de Sorecal. « J’ai acheté un rottweiler pour 12 000 DA, je fais comme tout le monde.

Dès mon jeune âge, je n’avais dans le quartier que des délinquants comme copains. J’étais impressionné par leur courage et leur détermination à affronter les autres délinquants, par peur de mépris, j’ai été obligé de les suivre. » Nabil va rejoindre son gang, car un complot se prépare. Cette fois-ci, entre la bande de Mohamed et celle de Salah, du quartier Pilem (PLM, Bourouba, banlieue d’Alger). La cause ? Un jeune homosexuel de 19 ans, le protégé de Salah, a été passé à tabac au niveau de l’autoroute. « Nous nous préparons à les accueillir, nous ne voulons pas de prostitués dans notre territoire ! », s’exclament les jeunes. Les chiens sont lâchés, cette fois, pour attiser la haine entre gangs. Mais d’autres fois, ils feront l’objet de combats interquartiers. La mise de départ : 10 000 DA. Et un titre à décrocher : celui du chikour, qui pourra s’afficher avec son animal sacré « chien le plus dangereux ».

Par Zouheir Aït Mouhoub
http://www.elwatan.com/Pitbulls-La-nouvelle-arme-des



SMAÏL GUERDA, DOCTEUR VÉTÉRINAIRE : Nous sommes face à un énorme danger public en Algérie

L’Expression: Pouvez-vous nous expliquer brièvement comment un chien peut devenir dangereux?

Dr Smail Guerda: En général un chien ne naît pas dangereux, il le devient. Surtout quant il est brutalisé par son maître ou par son entourage ou alors quant il est confronté à d’autres chiens agressifs, il devient forcément très dangereux. C’est la nature défensive des animaux. Et comme le dit si bien l’expression : «Il n’existe pas de mauvais chiens mais de mauvais maîtres.»

Qu’est-ce qui différencie un chien dangereux dit brutal tel que le pitbull d’un chien dit doux?

L’agressivité des chiens peut exister chez n’importe quelle race. D’une part, on peut avoir un pitbull doux avec les hommes, mais agressif avec les chiens et même avec d’autres animaux tels que les chats, les moutons...D’autre part, on peut avoir un caniche qui ne tolère que ses propriétaires, etc.
Il existe aussi des chiens tellement imprévisibles: sages en apparence, mais qui attaquent et mordent sans raison. La plupart des Algériens aiment avoir un chien agressif car pour eux celui qui ne l’est pas, ne sert à rien.

Quels sont les risques que peuvent représenter des molosses comme les pitbulls, les dobermans, les bouledogues ou les rottweilers pour l’homme?

Les chiens dangereux et agressifs sont un énorme danger pour les humains. Chez nous, et faute de lois rigoureuses, une anarchie totale règne. Chacun fait ce qui lui plaît. De ce fait, on voit des pitbulls, des rottweilers et autres...tenus rarement en laisse mais la plupart du temps libres escortant des jeunes irresponsables et sans aucune conaissance sur ces carnivores.

Que pensez-vous, justement, de ces personnes qui n’ont aucune connaissance dans le domaine ni initiation dans l’élevage et qui, malgré cela, élèvent des chiens de ce genre?

Malheureusement, il existe des bandes organisées dans le combat de chiens d’attaque comme les pitbulls et les rottweilers.
Ces bandes sont le plus souvent dirigées par des jeunes qui n’ont aucune culture sur le dressage, sur le mode de vie de cet animal, son comportement...

En France par exemple, il existe une loi qui oblige les propriétaires de ce type de chien, à tenir leurs bêtes en laisse et muselées pendant les déplacements. Plus que cela, le chien doit être tatoué et vacciné

Tandis que le pitbull doit être castré. Cela implique qu’il faut responsabiliser les propriétaires des chiens ayant des accidents. Je pense même qu’il faut les poursuivre en justice.

Selon vous, une école spécialisée dans la formation de maîtres-chiens ne serait-elle pas impérative?

Il existe quelques centres de dressage chez nous, mais les prix pratiqués par ces centres sont excessivement chers et ne sont pas à la portée de tous ceux qui désirent dresser un chien. Par contre, le dressage est obligatoire pour les chiens de gardiennage au niveau des entreprises et des institutions.

Quel est le nombre d’agressions que vous avez eu à constater? Et qu’avez-vous à en dire?

Au cours de cette année, j’ai pu constater jusqu’à 30 cas de morsures sur des humains au cabinet. Cependant, il y a également des cas de morsures entre chiens suite à des accrochages provoqués, dans la plupart des cas, par les propriétaires de ces bêtes, et cela, dans le but unique de se vanter d’avoir le chien le plus fort ou le plus agressif. C’est, tout simplement, inhumain, dangereux et déplorable.

http://www.elwatan.com/Pitbulls-La-nouvelle-arme-des
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://georges001.skyrock.com
Cynthia

avatar

Nombre de messages : 386
Age : 51
Localisation : Québec
Date d'inscription : 04/06/2010

MessageSujet: Re: Algérie - Pitbulls : La nouvelle arme des gangs de quartier!   Mar 22 Juin - 2:34

Moi je ne exceptera jamais des combats de bulls.. Ici au Québec les gens qui ont des pits bulls et quand ils mordre un enfant bien voila ont les euthanasies. Moi je dis à une enfant de jamais s'approcher d'une animal quand tu ne les connais pas qu’ils soient grand ou petit on ne sait jamais. Si une enfant est mordu il y a différentes raison. Soit le maitre a mal éduqué l'animal, soit l'enfant s'approche même s'il on leurs dit non, ou l'enfant l'agace et alors pourquoi on devrait mettre la faute sur une pit bull? On euthanasié, jamais les enfants pourquoi alors les animaux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Algérie - Pitbulls : La nouvelle arme des gangs de quartier!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lota Animal Mon Ami :: Les dossiers.... :: Combats d'animaux-
Sauter vers: