Lota Animal Mon Ami

Discutions et info sur la cruauté animale
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La guerre sans merci livrée aux (tortureurs d'animaux)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
georgeslaurent
Admin
avatar

Nombre de messages : 9343
Age : 73
Localisation : (Belgique)
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: La guerre sans merci livrée aux (tortureurs d'animaux)   Sam 22 Sep - 21:55

À Londres, la guerre sans merci livrée aux << tortureurs d'animaux >>

http://www.lefigaro.fr/france/20070922.FIG000000949__londres_la_guerre_sans_merci_livree_aux_tortureurs_d_animaux.html



À Londres, la guerre sans merci livrée aux « tortureurs d'animaux »
De notre envoyé spécial à Londres CYRILLE LOUIS.
Publié le 22 septembre 2007
Actualisé le 22 septembre 2007 : 21h13



Voitures incendiées, familles menacées : les employés de laboratoires sont régulièrement pris pour cible.


ALIGNÉS sur un morceau de trottoir en plein coeur de la City, ils sont une douzaine à braver les premières fraîcheurs de septembre devant le siège britannique d'Axa. Une pancarte représentant un chiot sanguinolent en main, il y a là Miranda, cheveux violets et piercings aux lèvres, Simon et son accent cockney, mais aussi, un peu plus loin, deux retraitées à la mise soignée. Au milieu de la petite troupe, Alan a saisi le mégaphone pour scander « Shame on you » (« Honte sur vous ») ou « Blood on your hands » (« Du sang sur vos mains ») sous l'oeil attentif de trois policiers. De temps à autre, un passant curieux marque le pas pour lire les slogans, tandis que les employés de l'assureur se faufilent en vitesse, l'air gêné.


Comme chaque semaine, les activistes de l'organisation britannique Stop Huntingdon Animal Cruelty (Shac) se sont fixé rendez-vous pour donner de la voix contre Axa, qu'ils accusent d'être « l'un des actionnaires » du plus gros centre d'expérimentation animale au monde : Huntingdon Life Sciences (HLS). Depuis 1999, ces militants antivivisection pratiquent une véritable guérilla contre HLS en harcelant ses employés, ses clients, ses fournisseurs et en exerçant une pression maximale sur ses actionnaires. « De cette façon, on a réussi à convaincre de nombreuses firmes de couper tout lien avec HLS, mais notre combat ne prendra fin que lorsqu'ils mettront définitivement la clé sous la porte », prétend Alan.


Jusqu'à la profanation


Âgé de 23 ans, ce garçon natif du Kent, bouille sympathique et mince collier de barbe, se présente comme « un militant pour les droits des animaux à temps plein ». Après quelques mois passés à travailler pour une compagnie d'assurance, il a décidé de tout plaquer pour la « cause », il y a moins d'un an. Devenu « vegan » - ce qui signifie qu'il ne mange aucun produit issu de l'animal -, Alan vit chez son père mais voyage dans toute l'Angleterre et au-delà pour participer aux manifestations de Shac, qui lui rembourse une partie de ses frais de déplacement. « De toute façon, je n'ai pas besoin de grand-chose, lâche-t-il placidement. Je rejette la société de consommation, qui refuse de se pencher sur le sort réservé aux animaux. »


Jugeant « barbares » les « tortures » infligées aux quelque 70 000 bêtes utilisées chaque année par le laboratoire HLS, les militants de Shac n'ont cessé de radicaliser leur action au point de verser parfois dans l'illégalité - quoiqu'ils rejettent officiellement la violence. Au fil du temps, de nombreux employés du centre ont ainsi été harcelés voire agressés jusqu'à leur domicile ou devant l'école de leurs enfants. Certains ont vu leur voiture partir en fumée et d'autres ont été accusés de pédophilie dans leur voisinage. Les actions les plus violentes ont été revendiquées par l'Animal Liberation Front, que de nombreux détracteurs soupçonnent d'être directement lié à Shac. Parfois, des extrémistes ont même versé dans la folie pure, allant jusqu'à profaner, en octobre 2004, la tombe de la belle-mère d'un éleveur de cochons d'Inde qui fournissait HLS.


Inquiet de cette dérive croissante, le gouvernement britannique a depuis renforcé la législation. « Depuis, nous n'avons par exemple le droit de manifester devant les locaux de HLS qu'une fois par semaine » , déplore Miranda, autre « activiste à plein-temps ». L'an dernier, des militants de Shac ont aussi été poursuivis pour « collecte illégale de fonds » sur la voie publique. En mai, enfin, une vaste opération de police menée en Grande-Bretagne, mais aussi en Belgique et aux Pays-Bas, a débouché sur l'interpellation d'une trentaine de militants dont Greg Avery, figure historique de Shac qui dort désormais en prison en attendant d'être jugé pour « conspiration et chantage ».


Calfeutré derrière les solides barricades qui abritent ses bureaux, le porte-parole du laboratoire HLS assure que les animaux sont ici « traités dignement ». Bravache, il affirme que son entreprise n'a guère pâti de la campagne dont elle est la cible. Et constate : « Notre chiffre d'affaires a doublé depuis le début de nos ennuis. »
__._,_.___
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://georges001.skyrock.com
 
La guerre sans merci livrée aux (tortureurs d'animaux)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le conte rendu critique du texte : /une geurre sans merci/ page 45:
» 10 chiots "golden retriever" à "animal sans logis"!!saisie.
» "cookie",femelle boxer de 3 mois à "animal sans logis(Neupré
» Epreuve de baccalauréat expérimental avec corrigé type et barème
» New...bonnes adresses....liens.....etc....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lota Animal Mon Ami :: Les dossiers.... :: La vivisection et l'expérimentation animale-
Sauter vers: